Province de Reims
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Hagiographie de l’apôtre Ophélia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
aurelien87



Nombre de messages : 382
Date d'inscription : 10/08/2012

MessageSujet: Hagiographie de l’apôtre Ophélia   Jeu 30 Aoû - 23:45

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Hagiographie de l’apôtre Ophélia


Chapitre 1: Naissance

Ophélia vit le jour dans un petit hameau en Judée autour de l'an huit avant Christos. Son père, Caius Bonux, ancien légionnaire romain avait obtenu, à la fin de son service, une propriété permettant à sa femme, Samantha Lathete et sa fille de vivre dans un relatif confort. La venue de sa sœur et de son frère ne vint pas perturber ce fragile équilibre. Bien au contraire cela lui permit d’être un enfant généreux et aimant justifiant amplement l’origine de son nom : « celle qui est utile ».

Chapitre 2: Enfance

Ophélia grandit sous le regard bienveillant et protecteur de sa mère mais fut cependant empêchée de recevoir un enseignement scolaire. Au sein de la maisonnée, la jeune enfant devait s’inscrire dans le rôle que lui avait destiné son père aigri et noyant ses rêves de grandeur dans l’alcool. Ses occupations principales consistaient à tricoter, tisser des tentures et à tenir la maison en s’employant aux tâches ménagères.

Chapitre 3: de la tutelle parentale aux responsabilités.

A l’âge de ses treize ans, son père lui annonça qu’elle était désormais promise à un héritier de riches marchands et amis. Âgé de vingt ans, il était destiné à aller effectuer son service au sein de la légion. La peur de ne pas laisser d’héritier avait donc précipité ce choix.

Alors la vision du monde qu’Ophélia s'était faite changea entièrement …

Citation :

Ophélia s’adressant aux dieux :
Alors s’en est ainsi, la vie n'est donc pas que douceur et tranquillité. On nous impose des choix et on ne peut s'y soustraire. Resterez-vous impuissant face à ma demande ? Dois-je faire preuve de fatalisme et accepter sans rechigner ?

A plusieurs reprises, Ophélia rencontra son futur époux. Résignée, fataliste… la jeune fille accepta d’être de bonne compagnie et de respecter le vœu de ses aînés. Elle le trouvait peu attirant, orgueilleux mais fort intelligent. Le mariage aurait donc lieu. La cérémonie était dirigée par des prêtres païens et de nombreux sacrifices furent effectués pour les augures. Leurs présages prédisaient que le mariage serait heureux et durerait longtemps.

Deux mois après le mariage, juste avant de partir combattre l’ennemi de Rome, son mari hérita des biens de son père. Cependant, dans lors de sa première escarmouche, il fut tué.
Et c’est ainsi Ophélia se retrouva à la tête d’une belle et grande propriété possédant plusieurs esclaves et un intendant qui gérait ses biens.

Chapitre 3: Rencontre avec Christos

Étant à l’abri du besoin, elle décida d’œuvrer pour sa communauté. Ses actes de générosité ne laissaient guère de doutes quant à ses motivations. Aux pauvres, elle leur offrait de l’argent et de la nourriture. Aux voyageurs, elle leur offrait l’hospitalité de sa demeure. Malheureusement, elle restait insatisfaite. La confiance qu’elle avait accordée aux prêtres avait disparue. Les dons non distribués, les mensonges et sacrifices inutiles aux dieux la désespérait du clergé local. Sa foi s’éteignait peu à peu.

Cette situation aurait perduré sans cette rencontre qui allait bouleverser sa vie.

Un jour, alors qu’elle se rendait au marché de la ville, son convoi fut stoppé par la foule. Surprise d’une telle situation, elle demanda à un de ses esclaves d’aller voir ce qui se passait.

Citation :

Ophélia
Alors Fed, que se passe-t-il ?
L’esclave de retour
Il s’agit d'un énergumène qui gêne les prêtres dans leur tentative d’effectuer un sacrifice.


Ophélia, se demandant qui pouvait oser affronter les prêtres païens, sauta de sa chaise à porteurs et alla voir de plus près l’affrontement. Sur place, elle reconnut aussitôt Christos grâce à la description qu'on lui en avait faite. Il semblait si simple, si humble... et pourtant une énergie et une puissance se dégageaient de son corps. Elle en fut saisie de respect et se dit que seul Dieu avait pu l'envoyer sur Terre pour nous défaire de ce paganisme qu’elle abhorrait de plus en plus. Et c’est instinctivement qu’elle s’interposa lorsque le prêtre païen voulut frapper Christos. Par cet acte, Ophélia choisissait sa voie et décida de tout quitter.

Au crépuscule de la journée, Christos s'adressa a Ophélia et lui dit :

Citation :

"Ma fille, je sais que tu as quitté beaucoup de choses pour me rejoindre et que ce soir, ta maison te sera hostile, tes esclaves te fuiront, ta famille te reniera, mais sache que moi je t'aimerai comme un frère aime sa sœur et tous ensemble nous suivrons le chemin que Dieu a tracé pour nous".

Chapitre 4: L’Après

Ophélia céda tous ses biens à la communauté aristotélicienne de Jérusalem afin d'aider les pauvres et les orphelins.

L’apôtre expliquera à ses fidèles des années plus tard:

Citation :

" Nous étions douze, les femmes et hommes à l'avoir défendu et nous nous sommes joins à lui comme disciples et compagnons.

Christos, le prophète, nous apprit l'amour divin et l'amitié, il nous apprit les enseignements d'Aristote et la vertu. Et chaque jour que nous passions avec lui, les actions qu'il faisait, les choses qu'il nous montrait et ses paroles, toutes étaient remplies de sagesse et d'amitié" .

Un jour, lors de leur voyage, tous dormaient sauf Christos qui était sorti de l'abri et s'était assis sur un gros rocher.

N'arrivant pas à dormir, elle avait eu la même idée que lui et l'avait rejoint.

Durant l'heure qui suivit, ils n'échangèrent que peu de mots, le silence et la méditation dominaient.

Citation :

Voici ce qui se dit:
Ophélia:
Je n'arrivais pas à m'endormir, mon passé et ma famille s'éloignent. Je me sens bizarre, à la foi abandonnée et en même temps aimée et guidée.

Christos:
Ma fille, la vie est ainsi et tous, nous devons faire des choix et suivre notre cœur. Sache que Dieu est là et guidera tes pas tant que tu l'aimeras.

Ophélia:
Mais, que deviendrais-je quand le monde changera, quand nous ne serons plus ensemble, nous tous, les douze que nous sommes et vous? J'ai peur que cela arrive.

Christos:
Les choses sur Terre sont faites pour changer, mais notre âme ne meurt pas. Un jour je mourrai, toi aussi, mais cela ne nous empêchera pas d'aimer Dieu, et tous, nous nous retrouverons au paradis, si Dieu nous en juge digne.

Ophélia:
Je ne vois pas cet avenir, c'est si difficile. Je sais parler aux gens, mais l'amitié m'est dure.

Christos:
Alors ma fille, tu sauras convaincre et faire passer les enseignements d'Aristote aux hommes. Tu sauras éveiller en eux l'amour de Dieu. L'amitié est difficile, mais elle est naturelle en chacun de nous. Un jour, quand tu auras vécu, tu t’abandonneras à l'amitié et tu la chériras dans l'amour de tes frères.

Ophélia ne savait plus que dire, elle avait compris. Ni elle ni Christos ne dirent d'autres paroles ce soir-là.


Un jour ce qui devait se passer arriva, et Christos ne fut plus. Se retrouvant seule, elle décida de propager le message de Christos à travers la partie orientale de l'empire romain.

Pendant environ vingt-cinq années, elle voyagea à pied jusqu'à Byzance future cité reine de l'Orient. En chemin, elle s'arrêta dans chaque village ou ville et y restait jusqu'à ce qu'une communauté de fidèles y soit établie.

Arrivant à la fin de son long voyage à travers l'Orient, elle s'établit à Byzance avec ses compagnons qui avaient décidé de l'accompagner.

Cependant, quelques jours après son arrivée, le préfet avait eu vent de son entrée dans la ville, des gardes furent envoyés pour l'arrêter. Comme le fit Christos des années auparavant, elle réussit à convaincre les gardes. Ceux ci devinrent les premiers fidèles aristotéliciens de la cité. Cette situation dura sept longues années. A l’obstination du préfet, Ophélia répondait par le prêche et la conversion. Cependant, à la fin de la septième année, voyant que le nombre d'aristotéliciens allait dépasser celui de païens dans la cité, le préfet se décida à envoyer une missive à l'empereur romain afin de le prévenir de la situation. L'empereur du moment, n'était que le très célèbre Néron, qui haïssait plus que tous les Aristotéliciens. Il envoya sa garde impériale, spéSpamée dans la capture et le massacre des fidèles de Christos.
Arrivés à Byzance par la mer, les soldats se rendirent immédiatement sans contacter le préfet chez Ophélia pour l'arrêter. Face aux pires impies et païens qu'il soit donné de voir, Ophélia ne put rien faire et elle fut assassinée dans sa demeure. Ses plus proches fidèles furent crucifiés le jour même à l'entrée de la cité.

Le préfet fut mis au courant de cet acte barbare et resta des jours et des jours enfermés dans son bureau rongé par les remords et la honte. La garde impériale rembarquée pour Rome, le préfet, au cœur et les idées nouvelles, décida de se repentir et de se convertir à l'Aristotélisme.

Il fut ainsi un des premiers hommes politique aristotélicien, malgré le fait qu'il dut cacher sa foi aristotélicienne jusqu'à la mort de Néron.

Nouvel empereur, nouvelles croyances.

Le préfet put s'activer à développer la communauté aristotélicienne de Byzance sans que l'empereur n'intervienne.

Ophélia fut priée à Byzance et fut considérée comme un des grands personnages de la ville.

Chapitre 5: Ses enseignements

Ophélia était la patience incarnée. Lors de ces voyages elle n'avait pas peur de rester longtemps dans une ville afin d'enseigner le message de Christos. Elle enseigna de manière profonde ce Message car lorsqu'elle créait une communauté, elle y créait une hiérarchie bien pensée et leur laissait par écrit les enseignements qu'elle avait reçus de Christos.

Elle démontra également que la foi aristotélicienne était la plus forte. Elle avait réussi à convaincre par de simples arguments, mais essentiels, que les païens se trompaient et que Dieu n'était qu'amour, et non pas une sorte de polichinelle qui copulait avec tout le monde, comme l'était le principal dieu des païens.

Citation :

Un jour, un jeune homme païen vint trouver Ophélia. Il souhaita discuter avec elle afin d'argumenter dans le sens de sa foi envers Jupiter et les autres Dieux païens. Ophélia qui n'était qu'humilité et patience accepta de l'écouter.

Il s'exprima ainsi :
"Toi qui prétends être une messagère de ton Dieu et de ses prophètes, toi qui prétends que ton Dieu n'est qu'amour, explique-moi pourquoi ton Dieu serait plus fort? Explique-moi pourquoi serait-il seul également? Tout le monde sait qu'il y a de nombreux dieux".

Ophélia alors lui répondit:
"Dieu nous aime tous, car nous sommes ses enfants. Ce que tu crois être tes dieux ne sont qu’une mauvaise interprétation des hommes. Comment tant d'êtres assoiffés de pouvoir pourraient-ils accepter de vivre ensemble? Ne se tueraient-ils pas tous afin qu'il n'en reste qu'un seul ? Et le vainqueur ne détruirait-il pas de rage toutes les créations de ses ennemis? Nous serions alors tous déjà morts. Dieu ne peut être qu'un et fort. Cependant nous sommes ses fils et c'est en cela qu'il existe un amour paternel entre les hommes et lui".

Alors l'autre décontenancé répondit :
"Oui, mais s'il nous aimait comme tu le dis, pourquoi mourrons nous? Pourquoi y a-t-il des hommes qui meurent injustement?"

Et Ophélia lui expliqua :
"Il peut te sembler y avoir des morts injustes, mais sache que Dieu n'est pas là pour te rendre immortel sur Terre. Il a choisit de laisser les hommes eux-mêmes vivre leur vie. Cependant, n'oublie jamais que Dieu ne t'abandonnera jamais car tu es son fils, et qu'au jour de ta mort, Dieu te jugera selon que tu as été vertueux ou non durant ta vie. Et ensuite tu renaîtras au Paradis ou en Enfer".

Ophélia était ce que lui avait prédit Christos, une femme qui avait une telle force de conviction que même les animaux l'écoutaient et se trouvaient subjugués par ses mots.

Citation :
"Mes frères, ne voyez-vous pas l'amour? Ne voyez-vous pas que Dieu vous aime? Que Dieu vous a donné la vie? Qu'il est notre père? Si j'en doutais, je ne serais pas là. Si vous en doutiez, vous ne seriez pas là. Donnons-nous tous la main, mes sœurs et frères et prions, et rions, et faisons de notre vie un message d'amour, de gloire à notre Seigneur et père."


Ophélia était le reflet de la persévérance dans l'amour de Dieu.
Ophélia est restée fidèle à ce qu’elle croyait jusqu'à sa mort et on raconte que ses derniers mots furent : "Tuez-moi, mais quand vous serez dans vos foyers, soldats, vous saurez que vous avez eu tort et que Christos avait raison."

La rumeur alla jusqu’à sous entendre que ces mêmes soldats auraient avoué leurs regrets devant les fidèles Aristotéliciens de Rome quelques années après. D’ailleurs un de ces mêmes soldats aurait été canonisé par les premiers Aristotéliciens pour les bonnes actions qu'il effectua pour son rachat et obtenir le pardon de Dieu.


On retiendra de son héritage, de nos jours encore, toute l'organisation de l'Eglise Aristotélicienne en Terre Sainte où l'apôtre a passé sa vie. Les principaux diocèses établis ont réussi à tenir malgré les attaques barbares et les siècles. Les communautés de croyants construites ont été à l'origine de villes nouvelles et de bastions aristotéliciens.

Traduit par les frères Nainainus et Dariush
Revenir en haut Aller en bas
 
Hagiographie de l’apôtre Ophélia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ophélie Bretnacher
» une maman (Ophélie Lansalot) sans nouvelles de son fils (Ali) de 4 ans depuis 3 semaines dans Le Gers
» coucou moi c Ophélie !
» DALS 5 :Ophélie Winter Eliminée - Danses Inédites - Prime 3 - Vendredi 10 Octobre - 20h55 - TF1
» Ophélia, journal de bord

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archevêché de Reims :: Bibliothèque Sainte-Geneviève :: La Bibliothèque :: Livre 3/B: Les Apôtres-
Sauter vers: