Province de Reims
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Annonces générales de l'Eglise Romaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Fabrizio

avatar

Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 21/04/2013

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Statut: Bourgeois
Rang au sein de l'Eglise: Archevêque métropolitain
MessageSujet: Re: Annonces générales de l'Eglise Romaine   Mer 5 Juin - 12:23

Citation :





    Elévation de Adso, au rang de Cardinal National Suffragant


    Nous, Elena Costanza "Solex" Della Scala, Archidiacre de Rome, Cardinal Romain Electeur, Vice Chancelier de la Congrégation des Affaires du Siècle, Archeveque de Aquileia,
    devant le Très Haut, et sous le regard d’Aristote,
    Nous, Cardinaux de la Sainte Eglise Aristotélicienne et Romaine, réunis en Sacré Collège, devant le Très-Haut et sous le regard d’Aristote, pour volonté de Sa Sainteté Pape Innocenzo VIII,


    Créons Adso, Cardinal National Suffragant de la Sainte Église Aristotélicienne et Romaine
    en tant que représentant de la Zone Géodogmatique Francophone, auprès du Consistoire Pontificale de la même entité linguistique.

    Ad Majorem Dei Gloriam

    Fait à Rome le III jour du mois VI, de l’an de grâce MCDLXI de Notre Seigneur





Revenir en haut Aller en bas
Adso
Archevêque de Cambrai
avatar

Nombre de messages : 1919
Date d'inscription : 08/07/2010

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Statut: Bourgeois
Rang au sein de l'Eglise: Cardinal
MessageSujet: Re: Annonces générales de l'Eglise Romaine   Sam 22 Juin - 23:06

Citation :


Cérémonie d'élévation au rang de cardinal



Vous êtes tous cordialement invités à la cérémonie au cours de laquelle Son Eminence Adso recevra les insignes de sa nouvelle charge, en la basilique Sainte Titus à Rome.


Que le Très-Haut protège ses enfants,

Adso.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Adso
Archevêque de Cambrai
avatar

Nombre de messages : 1919
Date d'inscription : 08/07/2010

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Statut: Bourgeois
Rang au sein de l'Eglise: Cardinal
MessageSujet: Re: Annonces générales de l'Eglise Romaine   Sam 23 Nov - 21:53

Citation :


De l'usurpation de la cathédrale de Reims

Nous, Adso,
Archevêque suffragant de Cambrai,
Cardinal National Electeur,


Faisons l'annonce suivante à tous les fidèles du diocèse de Cambrai, de la province ecclésiastique de Reims et à tous ceux qui sont concernés :

Des bruits courent que Mgr Aurélien Maledent de Feytiat, dict Aurelien87, ne serait plus archevêque de Reims.

Rien n'est plus faux.

Mgr Aurélien a été chassé de sa cathèdre par les armes par les troupes brigandes et majoritairement hérétiques du Fatum, qui sévissent actuellement en Champagne. Comme l'annonce de l'Assemblée Episcopale de France le prouve et comme nous l'attestons, Mgr Aurelien a toujours l'entier soutien de ses frères évêques et de la Curie, et ce, malgré son fichu caractère.

Nous condamnons cet acte barbare, et rappelons que toute personne qui s'en prend par les armes à une cathédrale est considéré comme apostat par notre Eglise. Nous condamnons les menaces qui ont été exercées à l'encontre de l'intégrité physique et de la liberté de Mgr Aurélien, ainsi que toute future atteinte à sa santé.

Nous enjoignons tous les fidèles champenois à apporter leur entier soutien à leur archevêque légitime Mgr Aurelien, et à faire leur possible pour qu'il puisse de nouveau exercer son magistère dans les meilleures conditions.


Que le Très-Haut protège les fidèles champenois frappés par le malheur et les violences aveugles, et qu'il donne à Mgr Aurelien le courage d'affronter son martyr avec courage et détermination, pour la plus grande gloire du Très-Haut.


Fait à Calais par nous, Adso, en ce vingt-troisième jour du mois de novembre MCDLXI.


Citation :



    Condamnation de la prise de la cathédrale de Reims et soutien à l'archevêque Aurélien




    Au nom de l'Assemblée Épiscopale de France,
    Nous, Monseigneur Arnault d’Azayes, archevêque suffragant d’Avignon et secrétaire primatial français,
    Faisons annonce de :



    La condamnation de l’usurpation de la cathèdre de Reims par l’alliance « Fatum » et le démenti des calomnies que les usurpateurs font circuler.


    Réaffirmons par la présente que monseigneur Aurélien Maledent de Feytiat est le seul archevêque de Reims légitime et qu’il n’est nullement révoqué par sa hiérarchie, qui lui apporte son soutien plein et entier et qui condamne fermement la prise de la cathédrale de Reims. Que les fidèles ne se laissent pas aveugler par les chimères hérétiques et gardent confiance en leur seul archevêque légitime ; que les usurpateurs prennent conscience de leur fourvoiement et restituent la cathédrale à son légitime détenteur s’ils veulent échapper à la damnation éternelle qu’un tel acte provoque.



    Donné à Rome le vingt-deuxième jour du mois de novembre de l’an d’Horace MCDLXI, durant le pontificat de Sa Sainteté Innocent VIII.





Citation :



    Moratoire aux statuts de l'assemblée épiscopale de France




    Au nom de l'Assemblée Épiscopale de France,
    Nous, Monseigneur Arnault d’Azayes, archevêque suffragant d’Avignon et secrétaire primatial français,
    Faisons annonce de :



    L'instauration d'un moratoire aux statuts de l'assemblée épiscopale de France.


    Par la volonté des évêques français, et pour une durée de deux mois à compter du scel de cette annonce, l'article 5.1.2. des statuts de l'assemblée épiscopale française est assoupli. Tout clerc ayant exercé pendant au moins trois mois une charge lui conférant le pouvoir de célébrer et d’octroyer divers sacrements aristotéliciens peut postuler à la charge d'évêque ou d’archevêque suffragant sans être nécessairement titulaire d'un diplôme d'un séminaire primaire à la condition qu'il ait déjà entamé un séminaire primaire et qu'il s'engage à le terminer dans les trois mois.



    Donné à Rome le vingt-deuxième jour du mois de novembre de l’an d’Horace MCDLXI, durant le pontificat de Sa Sainteté Innocent VIII.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
aurelien87



Nombre de messages : 382
Date d'inscription : 10/08/2012

MessageSujet: Re: Annonces générales de l'Eglise Romaine   Mar 18 Fév - 13:54

Citation :



    Congrégation de la Sainte Inquisition
    Décret sur ​​l'enseignement



    Nous, S.Beat.Em.ma Federico Edoardo Borgia dit Federico_il_rosso, Cardinal Romaine, Chancelier de la Congrégation de la Sainte Inquisition, Grand Inquisiteur, par la grâce de Dieu, avant la 'haut, sous le regard d'Aristote et au nom de notre Sainte Mère l'Église,

    Faisons annonce :


    De l'Approbation du Séminaire de l'Inquisition de Reims

    Ad Claram et Sanctam Veritatem

    Fait à Rome, le XVIII, au mois de Février, de l’an MCDLXII de la très saincte Eglise Aristotélicienne



Citation :



    Congrégation de la Sainte Inquisition
    Decree on the Teaching



    We, S.Beat.Em.ma Federico Edoardo Borgia said Federico_il_rosso, Roman Cardinal, Chancellor of the Congregation of the Holy Inquisition, Grand Inquisiteur, by the grace of God, before the Most High, under the gaze of Aristotle and on behalf of our Holy Mother Church,

    Announcing: :


    The Approval of the Inquisitorial Seminar of Reims


    Ad Claram et Sanctam Veritatem

    Done in Rome, on the XVIII day, the month of February, the year MCDLXII of the most Holy Aristotelian Church


Revenir en haut Aller en bas
Adso
Archevêque de Cambrai
avatar

Nombre de messages : 1919
Date d'inscription : 08/07/2010

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Statut: Bourgeois
Rang au sein de l'Eglise: Cardinal
MessageSujet: Re: Annonces générales de l'Eglise Romaine   Ven 25 Juil - 22:21

Citation :

    De la possibilité d'une procédure simplifiée de dissolution de mariage



    A l'attention des fidèles et évêques de la zone géodogmatique francophone,
    Le consistoire pontifical francophone annonce que :



    Considérant la bulle pontifical "Ad mundi salutem per sanctificationem", Livre 1, partie II, section B ;

    Considérant que certaines officialités peuvent temporairement rencontrer quelques difficultés à se réunir au complet, i.e. en réunissant un président, deux officiaux et un procureur ecclésiastique (composition qui est, nous le rappelons, indispensable à la validité d'une décision d'officialité dans le cadre de la procédure normale) ;

    Considérant que certaines circonstances ne nécessitent pas d'instruction par un procureur ecclésiastique ni de délibération par un jury ;

    Considérant, enfin, que le consistoire reste souverain pour vérifier et valider les propositions des officialités et éviter tout abus ou décision arbitraire,


    Proposons la possibilité d'user de procédures simplifiées dans les deux cas suivants, pour lesquels ne sera requise que la présence de l'évêque uniquement. Le consistoire pontifical considèrera l'avis rendu comme l'ayant été par une officialité compétente au regard du droit canon.

    Les évêques restent libres d'utiliser la procédure normale pour ces deux cas. Pour tous les autres cas prévus par le droit canon, la procédure normale est de rigueur.

    • Cas 1 ("dissolution par consentement mutuel")
      La cause matérielle = La disparition des sentiments amoureux entre les époux (Article 6.1)
      La cause efficiente = l'évêque du diocèse, ou à défaut, l'archevêque métropolitain, ou à défaut, le Primat ou un évêque le représentant.
      La cause formelle = L'évêque reçoit les deux époux ensemble en entretien, lesquels devront lui certifier que leurs sentiments amoureux ont bien disparu, et qu'ils ont tout fait pour y remédier. Les époux ne doivent en aucun cas avoir de grief l'un envers l'autre pour bénéficier de cette procédure, et ils doivent s'accorder sur la garde des enfants s'il y a lieu. A la suite de l'entretien, l'évêque rédige un procès verbal contresigné par les époux, et qu'il adressera au consistoire.
      La cause finale = Le mariage est dissous après validation par le consistoire pontifical. Les époux doivent se confesser auprès du ou des clercs de leur choix au sujet de l'échec de leur mariage, lequel (ou lesquels) clerc(s) fixera(ont) les pénitences adaptées. Il est en sus appliqué de façon forfaitaire une interdiction de remariage de 4 mois pour chacun des époux, de façon à leur donner le temps de méditer sur les causes de l'échec de leur mariage.

    • Cas 2 ("dissolution pour abandon notoire du domicile par l'un des époux")
      La cause matérielle = La disparition de l’un des deux époux pendant un temps supérieur à 3 mois (Article 6.4), cette disparition devant être de notoriété publique pour bénéficier de la procédure simplifiée. [HRP : la procédure simplifiée n'est utilisable que si la fiche IG fait foi d'une absence de connexion depuis plus de trois mois ("notoriété publique"). Cette solution peut être utilisée en cas de présomption d'abandon par le joueur, mais laisse à ce dernier la possibilité de revenir, le mariage restant toutefois dissous en cas de "retour"]
      N.B.: si l'évêque n'a, au moment de la demande, aucune connaissance des faits de disparition [HRP: c'est-à-dire si le joueur continue à se connecter, mais n'est simplement plus présent de façon RP], une procédure normale doit être utilisée, i.e., avec audition de témoignages attestant de l'abandon de domicile devant une officialité complète, et après convocation de l'époux à la dite audience.
      La cause efficiente = l'évêque du diocèse, ou à défaut, l'archevêque métropolitain, ou à défaut, le Primat ou un évêque le représentant.
      La cause formelle = L'évêque reçoit en entretien le conjoint demandeur qui lui certifie qu'il n'a plus de nouvelles de son conjoint depuis plus de 3 mois. A la suite de quoi, si la disparition est effectivement de notoriété publique, l'évêque rédige un procès verbal contresigné par l'époux présent, et qu'il adressera au consistoire.
      La cause finale = Le mariage est dissous après validation par le consistoire pontifical. Une interdiction forfaitaire de remariage de 2 mois est assignée à l'époux demandeur, pour l'aider à méditer sur son mauvais choix de conjoint. Une interdiction forfaitaire de remariage de 2 mois est infligée à l'époux disparu, à partir de la date où il se sera confessé auprès d'un clerc au sujet de son abandon de domicile. Par défaut, les enfants sont confiés à la garde exclusive du conjoint demandeur jusqu'à réapparition éventuelle de l'autre conjoint (auquel cas une officialité pourra entériner un nouvel accord).


    Dans son procès verbal, l'évêque peut proposer au consistoire pontifical une modification de la durée d'interdiction de remariage, de façon motivée.

    Fait à Rome, ce vingt-cinq juillet quatorze cent soixante-deux,
    Au nom du Consistoire Pontifical francophone,
    Adso, Cardinal National Electeur.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Adso
Archevêque de Cambrai
avatar

Nombre de messages : 1919
Date d'inscription : 08/07/2010

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Statut: Bourgeois
Rang au sein de l'Eglise: Cardinal
MessageSujet: Re: Annonces générales de l'Eglise Romaine   Sam 21 Fév - 19:16

Citation :





    Calendrier pour l'année 1463


    Nous, cardinaux de la sainte Église aristotélicienne réunis en sacré-collège, au nom du pape Innocent VIII et sous le regard d’Aristote,


    Offrons à l'aristotélité le calendrier de l'année 1463. Le retard de sa publication est dû à un très long travail des congrégations pour la diffusion de la foi, du Saint-Office et de la vice-chancelière de l'Inquisition que nous remercions pour leur investissement particulier.


    Donné à Rome le onzième jour du mois de février de l’an de grâce MCDLXIII





    Pour le sacré-collège des cardinaux,
    Arnault d'Azayes,
    Cardinal-Camerlingue




Citation :




Citation :

    Information pour les fidèles


    1. La fête Corpus Christosi a été renommée Fête de l'amitié. C'est toujours la même fête, seul le nom change. Elle sera célébrée le 8 Juin. Elle a été célébrée le 20 avril 1461, mais cette date était erronée. Elle sera à partir de maintenant célébrée le 08 juin de chaque année.
    2. L'Ascension (de la mort de Christos) a été renommée commémoration de l'élévation de Christos (mort de Christos). C'est toujours la même fête, seul le nom change. Elle sera célébrée à la date du 13 juin. Elle a été célébrée les 2 Mai 1461 et 1462 au lieu du 01 juin, mais ces dates étaient erronées. Elle sera à partir de maintenant célébrée le 13 Juin de chaque année.
    3. La date exacte de la mort d'Aristote doit encore être déterminée. Il n'y a pas de célébration officielle cette année. La fête est à l'étude.
    4. Les dates du Mercredi des Cendres, de la fête du Renouveau et du Carême sont variables chaque année. Toutes les autres fêtes sont fixes chaque année.

    Suit une explication des grandes fêtes aristotéliciennes:


Citation :
Fête de la séparation de Saint Aristote
- Nous célébrons le fait qu'Aristote s'émancipe de Platon
- Texte: http://rome.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=522382#522382

Mercredi des Cendres
- Chute/destruction de Oanylone. Oanylone a été détruite un mercredi à cause de cela
- Texte: http://rome.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=55666
et peut-être aussi: http://rome.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=304219#304219

Carême
- Nous pensons à ceux qui ont été chassés de Oanlyone.
- Texte: http://rome.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=55666

Fête du Renouveau
- Fin du carême.
- Texte: http://rome.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=55666

Fête de l'Amitié
- Nous célébrons la dernière Cène de Christos et le début de la tradition de partager le pain et le vin /amitié aristotélicienne
- Texte: http://rome.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=530220#530220 et http://rome.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=530221#530221

Commémoration de l'élévation de Christos (mort de Christos)
- Nous pensons à la mort de Christos et son élévation au Soleil
- Texte: http://rome.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=530222#530222

Saint Noël
- Anniversaire d'Aristote, Christos et Noël
- Texte: http://rome.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=609267#609267

Fête de la Révélation de Saint-Aristote
- Nous célébrons que Dieu se soit révélé à Aristote
- Texte: http://rome.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=522377#522377

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Adso
Archevêque de Cambrai
avatar

Nombre de messages : 1919
Date d'inscription : 08/07/2010

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Statut: Bourgeois
Rang au sein de l'Eglise: Cardinal
MessageSujet: Re: Annonces générales de l'Eglise Romaine   Dim 12 Juil - 22:20

Citation :




      Commission apostolique: conclusions générales

      Monseigneur David de Sent- Bertran, archevêque de Rouen et recteur de l'Ordre grégorien, Monseigneur Onaël d'Appérault, archevêque de Malines et recteur de l'Ordre lescurien, Monseigneur Alboin de Valyria, recteur de l'Ordre thomiste, commissaires apostoliques français sous mandat curial, au Sacré-Collège des cardinaux de la l'Eglise aristotélicienne, une, saincte, apostolique et romaine: Salut et dilection.


    Après le minutieux examen de l'ordonnance royale dicte du Mans, proclamée le dix-neuvième de février de de l'An MCDLXIII, et de la lettre publique de la Reine de France, adressée au Sacré-Collège, et portée à la connaissance publique le second d'avril de l'an MCDLXIII.
    Après avoir consciencieusement pesé ces proclamations et déclarations publiques de la Reine de France, avec les dogme et doctrine de notre Saincte Eglise.

    Après avoir considéré avec attention les pratiques et comportements de la Reine de France relativement à ses devoirs de Fidèle depuis sa réintégration dans la Communauté.

    Avons déterminé que la dicte Reine de France, Angelyque de la Mirandole, est hérétique, hérésiarque et relaps.
    Estimons ainsi acquittée la mission et du mandat que nous a confié le Sacré-Collège pour déterminer du statut d'Angelyque de la Mirandole.

    Remettons nos conclusions définitives au Sacré-Collège, quant aux crimes de foi dont la dicte hérétique, hérésiarque et relaps s'est rendue responsable depuis sa réintégration dans la Communauté des Fidèles:

      Complicité et promotion d'hérésie, et protection des hétérodoxies, par le moyen des liens vassaliques.

      Zèle en faveur des hérésies et hétérodoxies en proclament défendre la légitimité des unions non consacrées au sein de l'Eglise apostolique romaine.

      Apostasie consécutive puisque tout Fidèle de la Sainte Eglise professe croire en la force exclusive des sacrements aristotéliciens.

      Hérésie consécutive consistant à nier la force exclusive des sacrements aristotéliciens et à affirmer la légitimité des unions non consacrées, alors que la Sainte doctrine interdit le mariage civil par la bulle Matrimonium Prohibitem du 25 novembre 1455.

      Hérésie consécutive consistant à nier l'autorité de l'Eglise à édicter la doctrine, c'est-à-dire à préserver et enseigner le dogme et ses principes, et à prétendre cette autorité aux mains de la Couronne de France, en faisant le détenteur chef de cette hérésie.

      Hérésie consécutive consistant à nier l'autorité exclusive de l'Eglise à juger de la validité et légitimité d'une union et à administrer les sacrements, que Christos remit pourtant à la charge du Pape et de ses apôtres, et à prétendre cette autorité aux mains de la Couronne de France, dont le détenteur devient alors chef de cette hérésie.

      Hérésie consistant à prétendre la Couronne de France autorité supérieure dans l'administration du culte et sa discipline; le détenteur en est aussi conséquemment hérésiarque.

      Hérésie consistant en la négation absolue de la légitimité du Droit Canon a s'appliquer à tous les Fidèles de la Sainte Eglise, et par conséquent à nier l'autorité apostolique.

      Hérésie consistant en l'affirmation que la Couronne de France, le pouvoir temporel, dispose de l'autorité spirituelle et que la seconde découle de la première au motif de la Souveraineté temporelle, et que l'autorité spirituelle n'existe pas en dehors de la puissance temporelle qui la fonde, y consent et la dirige.

      Adhésion consécutive à la croyance fondamentale de la Bête Sans Nom, affirmant que le plus fort doit dominer le plus faible, et donc que c'est la puissance temporelle qui fonde l'autorité spirituelle et non l'autorité spirituelle qui consent à la puissance temporelle et la légitime.

      Hérésie consistant à affirmer que le dogme est inférieur au droit temporel, revenant ainsi à prétendre la supériorité du temporel sur le spirituel, et l'infériorité de Dieu sur Sa Création.

      Hérésie du libre examen, et protection du libre examen par le rejet de l'autorité apostolique et pontificale, et la bienveillance et défense du pouvoir temporel qui s'en fait l'arbitre, le garant et dont le détenteur est ainsi hérésiarque.

      Hétérodoxie anti-aristotélicienne consistant à nier que l'Eglise apostolique soit dépositaire de la Révélation, seule Vérité.

      Hérésie consistant à nier l'unicité du dogme.

      Hérésie consistant à nier l'intercession du clergé dans l'absolution divine, faisant de l'absolution sacramentelle un pardon d'ordre terrestre et temporel, sans force spirituelle ou sacramentelle.

      Blasphèmes nombreux, confirmés et répétés, affirmant notamment comme inspirés de Dieu, Ses Prophètes et des Saints, les hérésies professées dans l'ordonnance du Mans et la lettre publique du second d'avril MCDLXIII.

      Relaps dans l'hérésie, après avoir abjuré ces croyances fausses en professant une adhésion pleine et entière au Credo de notre Sainte Eglise et en renouvelant les serments baptismaux, et en agissant, professant et pratiquant néanmoins des doctrines fausses et hérétiques:
      En instituant pour loi des hérésies dans le royaume de France,
      En proclamant publiquement et entièrement la croyance et l'adhésion à ces hérésies,
      En persistant à prétendre valide et sanctifiée une union illégitime, contractée sous l'infamie de la bigamie dans un culte hérétique avant d'avoir été réintégrée dans la Communauté.


    Puisse le Sacré-Collège bénéficier de nos efforts, obéissance et diligence en rendant promptement son jugement définitif sur le statut d'Angelyque de la Mirandole.
    Joignons à la présente l'examen détaillé de l'ordonnance dicte du Mans et de la lettre publique du second d'avril MDCLXIII.


      Ad Majorem Dei Gloriam

      Faict à Rome, le XXVIII de mai MCDLXIII, sous la direction des commissaires apostoliques Mgrs David, Onaël et Alboin, signé et scellé par iceux.













Citation :




      Commission apostolique: rapport sur l'Ordonnance du Mans

      Monseigneur David de Sent- Bertran, archevêque de Rouen et recteur de l'Ordre grégorien, Monseigneur Onaël d'Appérault, archevêque de Malines et recteur de l'Ordre lescurien, Monseigneur Alboin de Valyria, recteur de l'Ordre thomiste, commissaires apostoliques français sous mandat curial, au Sacré-Collège des cardinaux de la l'Eglise aristotélicienne, une, saincte, apostolique et romaine: Salut et dilection.


    Vous présentons notre rapport sur l'examen de l'ordonnance du Mans, publiée le 19 février MCDLXIII.

    Pour bien structurer notre argumentaire, nous procéderons par parties en commençant, paradoxalement, par étudier la seconde pour éclairer l'examen de la première.


Citation :
Aussi, si la Couronne de France reste maître de sa diplomatie envers les autorités spirituelles, elle tient à confirmer & à officialiser les faits & actes passés à la Coutume depuis le règne de feue Sa Majesté Eusaias de Blanc-Combaz, en ce que chaque Province Vassale du Royaume de France se voit désormais officiellement dotée du libre droit de reconnaître sur son territoire la politique religieuse la plus adaptée à ses traditions, coutumes, valeurs, & intérêts. De fait, la Couronne de France devant équité à tous les nobles du Royaume sur des critères à la fois objectifs & légaux, leur permet au travers de la présente ordonnance de se faire les uniques maîtres de leur choix en ce qui concerne leur rapport à la transcendance.


    Le lien de vassalité implique le devoir de protection. Il en ressort que si des vassaux de la Couronne déterminent de leur volonté d'imposer un culte hérétique, la Couronne les protège. C'est effectivement le cas. Il y a cas patent de complicité d'hérésie.
    Ici, le détenteur de la Couronne se fait
    defensores et celatores.


Citation :
En conséquence, la Couronne de France annonce reconnaître comme valides toutes les unions célébrées par un membre du culte [Curé ou Évêque IG] en place et reconnu par le pouvoir légitime de la province vassale qui l'abrite.
Cette reconnaissance se fera sur la base d'un document officiel portant scel de la Province, portée à la connaissance des institutions royales via le Conseil des Grands Feudataires.


    Apostasie caractérisée. Cela consiste à prétendre que des mariages hérétiques sont des unions légitimes et consacrées, alors qu'un fidèle proclame croire aux sacrements de l'Eglise aristotélicienne à chaque fois qu'il prononce le Credo.
    Le détenteur de la Couronne se fait
    suspects.

    Cela entraîne aussi une négation de l'autorité exclusive de l'Eglise à remettre les sacrements, et par conséquent constitue une hérésie.
    Le détenteur de la Couronne se fait
    hérétique.

    Cela semble aussi indiquer que la Couronne est seule fondée à déterminer de la validité d'un mariage sur le plan sacramentel en plus du plan civil. La seule affirmation de validité civile d'un mariage non consacré dans la foi universelle et véritable est d'ailleurs une violation caractérisée du Droit Canon et une violation de la Saincte doctrine.
    Le détenteur de la Couronne se fait donc hérétique par négation de l'autorité de l'Eglise a édicté la doctrine.



Citation :
Ainsi, hors de la foi Aristotélicienne Romaine, seuls les actes exécutés par les membres d'un culte sous le témoignage d'un Officier Royal (Secrétaire d'État, ou à défaut Héraut d'Armes) pourront prétendre à considération au-devant des institutions du Royaume.


    Cela confirme la prétention à reconnaître comme légitimes et consacrées des unions hérétiques, et déclare que c'est la Couronne seule, par le biais de ses officier, qui fait cette détermination de reconnaissance, confirmant la protection et la complicité d'hérésie.


Citation :
En vue de prévenir les abus et les unions trop hâtives qui ne seraient mûrement réfléchies, la Hérauderie Royale ne considèrera comme valide aucune annulation ou dissolution certifiée par une autre confession que celle qui a officialisé l'union avant un délai de six mois à dater de la dite union. Aussi aucun Officier Royal (Secrétaire d'État, ou à défaut Héraut d'Armes) ne se fera témoin d'une annulation ou dissolution de mariage avant ce délai de six mois.


    Cela confirme la prétention à reconnaître comme légitimes et consacrées des unions hérétiques sous protection et avec complicité de la Couronne, et va au delà en prétendant explicitement ce qui était jusque là sous entendu, à savoir que la Couronne seule détermine de la validité et existence d'un sacrement en place des saints dogme et doctrine. Ce qui est une hérésie.
    Le détenteur de la Couronne se fait
    hérésiarque, chef d'une hérésie.



    A la lumière de ces éléments, nous pouvons examiner la première partie de l'ordonnance de manière plus informée et éclairée:


Citation :
Sous la guidance du Très-Haut et de son incommensurable sagesse, soutenu par Aristote et Christos, puisse leur grande clairvoyance en aiguiller d’autres comme elle aiguille chaque jour Notre esprit, inspirée par Saint Bynarr mais aussi Saint Ânani Mhour qui Nous soufflent Nos mots & guident nos pas,

Proclamons l'Ordonnance relative à la liberté de conscience des Provinces Vassales.


    Attendu les prétentions et croyances hérétiques et complices d'hérésies de la dicte ordonnance, ces affirmations téméraires deviennent blasphème caractérisé et aveu d'autorité sur l'hérésie.
    Le détenteur de la Couronne se confirme
    hérésiarque.


Citation :
Nous ne saurons ignorer que la France est née d'un pacte avec les Cieux depuis mille ans, et que plus encore depuis notre Très Sainte Jeanne, en tant qu'héritière du Logos Grec, sa mission est de porter la croix. Aussi, sous notre lumineuse égide, nous entendons à ce que le Domaine Royal reste fidèle à la foi Romaine qui l'a vu naître en abritant en ses cures et évêchés [IG] uniquement des clercs reconnus par Rome. Aussi, il est normal que nous nous montrions particulièrement attentive à l'assiduité des clercs du Domaine Royal en ce qui concerne leurs charges auprès de leurs ouailles qui n'en sont pas moins nos sujets, tout en garantissant à ces derniers, pleine & entière liberté de conscience sur notre Domaine. Mais le Royaume de France est aussi ce lien pérenne et indéfectible qui nous unit aux provinces vassales, incluant le respect de leurs traditions, de leur culture, de leurs valeurs, et qui fondent leur autonomie. En tant que Très Aristotélicienne Reyne de France, il relève de nos devoirs de toujours combattre l'hérésie. Nous le ferons par l'exemplarité Aristotélicienne. Toujours. Mais par la menace jamais.


    A la lumière des prétentions de l'ordonnance à faire de la Couronne la seule autorité propre à déterminer de la validité d'un sacrement, il est clair que ce passage indique que l'"égide" royale est entendue comme la subordination du clergé du Domaine royal à la Couronne, dans le domaine spirituel. Cela est confirmé par la prétention de la Couronne a contrôler l'assiduité des clercs du Domaine royal, indiquant que la Couronne prétend assurer elle-même la discipline ecclésiastique en place de l'Eglise apostolique, niant donc l'autorité d'icelle; à nouveau, prétention hérétique.
    Le détenteur de la Couronne se confirme
    hérésiarque.

    Par ailleurs, la pleine & entière liberté de conscience garantie par la Couronne doit manifestement se comprendre comme la prétention de la Couronne à soustraire les hérétiques et autres hétérodoxes à la justice d'Eglise sur le Domaine royal.
    Le détenteur de la Couronne se fait
    receptores.



Citation :
À ce titre, nous tenons à rappeler à l'ensemble de nos vassaux Grands Feudataires que que selon l’article 1.3.2 de la Grande Charte du Royaume de France, les provinces vassales, contrairement aux provinces du Domaine Royal qui dépendent de notre autorité, peuvent librement choisir de se doter d’un Concordat auprès d'une autorité religieuse ou de ne pas s’en doter. Nul ne saurait se sentir en droit de leur imposer un quelconque dogme, bien que nous les encouragions vivement à vivre et à régner selon les préceptes du rite, du dogme, du culte Aristotélicien & Romain. Nous rappelons enfin que les traités diplomatiques, que sont les concordats, peuvent être révoqués unilatéralement, selon le bon sens et comme l'explicite le droit royal depuis le 17 août 1459 et que toute disposition contraire est de facto considérée comme nulle de plein droit.


    Affirme la supériorité du droit royal sur le droit canon, et surtout la subordination du droit canon au droit royal, confirmant la volonté de subordination du clergé au pouvoir royal. Ce qui revient à prétendre le Droit Canon comme issu du droit royal, et le clergé comme issu du pouvoir temporel puisque c'est lui qui doit consentir à l'un, et à l'autre.
    Cas patenté d'inversion des valeurs aristotéliciennes, qui affirment que le pouvoir temporel n'existe que par consentement divin.

    Cela consiste d'ailleurs à affirmer que l'autorité spirituelle est détenue par ou soumise à la Couronne, parce qu'elle détient le pouvoir temporel. Autrement dit, à affirmer que le plus fort doit dominer le plus faible, erreur originelle de la Bête Sans Nom.

    A nouveau, le détenteur de la Couronne se confirme hérésiarque.


Citation :
Car ainsi nous l'avons décidé et parce que tel est notre bon plaisir.


    Aveu de responsabilité de l'ordonnance et d'adhésion à tout ce qu'elle contient.
    Le détenteur de la Couronne se revendique hérésiarque.



    Nous rappelons, pour préciser les termes, les distinctions établies par le Droit Canon pour les suspects d'hérésie, au Livre 4 In medio stat Virtus Partie IV article 12:


      -Les hérésiarques (les chefs des sectes),
      - Les hérétiques (les fidèles des hérésiarques et adepte de l’hérésie),
      - Les suspects (ceux qui témoignent de zèle pour les hérétiques),
      - Les celatores (ceux qui s’engagent à ne pas dénoncer les hérétiques),
      - Les receptores (ceux qui ont au moins deux fois hébergé des hérétiques pour les protéger, eux ou leur réunion),
      - Les defensores (ceux qui prennent la défense des hérétiques en parole ou en acte contre l'Inquisition),
      - Les relaps (ceux qui après avoir abjuré retombent dans l'erreur).


    Tous les cas sont ici réunis, concernant l'actuel détenteur et émetteur de l'ordonnance considérée: Angelyque de la Mirandole.
    Attendu qu'elle fut par le passé excommuniée pour avoir affirmé la subordination de l'autorité spirituelle au pouvoir temporel, notamment en Bourgogne où elle imposa militairement l'usurpation de la cathèdre d'Autun, combattit la Croisade contre Eusaias Blanc-Combaz et persécuta le clergé, entre autres choses... Angelyque de la Mirandole, reine de France, est aussi relaps.


      Ad Majorem Dei Gloriam

      Etabli à Rome, le XXVIII de mai MCDLXIII, sous la direction des commissaires apostoliques Mgrs David, Onaël et Alboin, visé, signé et scellé par iceux.















Citation :




      Commission apostolique: rapport sur la lettre du second d'avril

      Monseigneur David de Sent- Bertran, archevêque de Rouen et recteur de l'Ordre grégorien, Monseigneur Onaël d'Appérault, archevêque de Malines et recteur de l'Ordre lescurien, Monseigneur Alboin de Valyria, recteur de l'Ordre thomiste, commissaires apostoliques français sous mandat curial, au Sacré-Collège des cardinaux de la l'Eglise aristotélicienne, une, saincte, apostolique et romaine: Salut et dilection.


    Vous présentons notre rapport sur l'analyse de la lettre publique de la Reine de France à la Curie, publié le 2nd d'avril MCDLXIII. Ce rapport fait suite à celui sur l'ordonnance du mans du 19 février MCDLXIII.
    Comme pour l'ordonnance, nous procéderons par analyse systématique du texte.


Citation :
Pour la faire simple, en France, c'est la France qui commande. La France & nul autre. Ce sont donc les lois de la Couronne de France qui s'y appliquent. Nulle autre législation et nul autre État étranger ne saurait se sentir légitimement en droit de nous commander. Dès lors, aucun texte émanant de l’État Pontifical ne saurait jamais disposer d'une quelconque valeur législative supérieure à la législation Française, sur toute l'étendue de notre sol Souverain. La législation de l’État Pontifical, si intéressante et importante soit-elle à Rome, s'arrête aux frontières de son État.


    Confirmation explicite de l'affirmation de la subordination du Droit Canon au Droit royal. Confirmation aussi de la subordination de l'autorité spirituelle au pouvoir temporel, puisque c'est la Couronne qui décide la loi. Pire, la Reine étend ce principe comme un principe universel, en affirmant que tout droit émane nécessairement d'un pouvoir temporel: c'est ce qu'elle affirme très clairement en prétendant que la législation de l'Etat pontifical s'arrête aux frontières de son Etat.
    L'interprétation est claire, ici, car ce courrier fait suite à une remontrance curiale sur le caractère anticanonique des prévisions de l'ordonnance du Mans: c'est donc bien du Droit Canon qu'elle parle sous l'expression trompeuse et destinée à tromper de "législation de l'Etat pontifical".

    Hérésie.


Citation :
Et c'est pourquoi, de la même façon que la France, chaque province et État souverain francophone dispose pour lui de différents moyens en vue de choisir le ou les prélats pouvant occuper les charges ecclésiastiques sises leur territoire. Cette disposition existant depuis un temps considérable, il serait donc appréciable de la part de l’État Pontifical de prendre connaissance de l'information, de la retenir, et de ne pas feindre de l'ignorer. Bien entendu, si d'autres États francophones en dehors des frontières de la France acceptent d'abandonner librement partie ou totalité de leur souveraineté territoriale à l’État Pontifical par traité en bonne et due forme, c'est là leur droit le plus intégral et le plus strict. La France intervient seulement dans les affaires ayant trait aux intérêts supérieurs et vitaux de la France, rien d'autre.


    Confirmation explicite que la Reine entend que la loi du pouvoir temporel doit régir l'autorité spirituelle, et que l'autorité spirituelle est entièrement soumise au consentement du pouvoir temporel, puisque c'est le pouvoir temporel qui décide de l'administration des charges ecclésiastiques.
    Négation, donc, du gouvernement apostolique, et du magistère ecclésiastique.

    Hérésie.

    Confirmation également de l'affirmation prétendant que le Droit Canon est un droit temporel, et non un droit spirituel universel.
    Négation, à nouveau, du magistère ecclésiastique. Négation aussi du caractère unique, indivisible, universel de l'Eglise apostolique romaine.

    Notons que la foi est passée d'un "pacte avec les Cieux" millénaire ayant donné naissance à la France, tel que décrite dans l'ordonnance du Mans, à une question qui n'entre pas dans le champs des "affaires ayant trait aux intérêts supérieurs et vitaux de la France".


Citation :
La France a fait un choix. La France est Amour, car la France accepte profondément la nature humaine de chacun de ses habitants, par delà ses idées, ses différences, ses défauts, ses choix politiques ou religieux. La France ne fait pas de procès en diabolisation en condamnant sans procédure équitable au préalable des personnes qui ont une acception dissemblable des divers courants de pensée qui traversent notre Siècle et notre Royaume. La France ne soulève pas une partie des croyants contre une autre partie en se drapant de manière ridicule du manteau de la paix, au nom du monopole d'une vérité qui est du seul ressort des clercs de notre Église. Les oukases intégristes d’États étrangers qui décident arbitrairement de vouloir mettre au ban du Royaume de France tous ceux qui ne se soumettent pas à leurs exigences, n'ont plus cours en France. Car la France permet à tous d'exister, chacun à la mesure de ses moyens, dans le cadre du respect de la Loi du Royaume, quand bien même leur âme se placerait délibérément dans l'erreur. La France est sincère Amitié. La France aime ses habitants, quels qu'ils soient. La France est riche de sa diversité et de la pluralité de ses opinions. L'idée de la France est Grande car elle permet à tout un chacun de se transcender dans le cadre de son autonomie territoriale. Et c'est pourquoi les représentants de l’État Pontifical, tout comme n'importe qui de n'importe quelle obédience d'où qu'elle vienne et quelle qu'elle soit, ont le droit de séjour en France, dès lors qu'ils respectent la Loi Française et se sentent pleinement en adéquation avec ce qu'est la France en son irréductible nature. C'est aussi simple que cela.


    Confirmation de l'affirmation de la supériorité des lois temporelles sur le Droit Canon, et ce qui s'ensuit tel que décrit précédemment.

    Scandaleuse dénaturation de la notion d'Amitié, qui consisterait, non pas à assurer le salut des âmes au sein de l'Eglise, mais leur perdition en dehors de celle-ci par l'interdiction des mesures destinées à ramener les âmes perdues dans l'Assemblée des Fidèles.

    Hérésie.

    Négation explicite du dépôt de la Révélation, seule Vérité, dans les mains du clergé, et par conséquent négation du dogme et de la Révélation elle-même; désaveu patent du prophète Christos.

    Apostasie patentée et hérésie la plus rebelle.


Citation :
Et c'est pourquoi la France est aussi Pardon. Pardon car la France a amnistié unilatéralement, sans contrepartie, et ce depuis fort longtemps, les traîtres à la Couronne du Royaume qui ont violé l'intégrité de la France au nom d'un État étranger, le vôtre. Car ces hommes et ces femmes, quels que puissent être leurs pêchés et allégeances sont habitants de la France, et que, comme nous le disions, chacun a le droit de se tromper, et a donc le droit par extension à une seconde chance. La France a une grandeur d'âme à nulle autre pareille, et montre à toute l'Europe occidentale l'étendue de sa civilisation éclairée par la foi Aristotélicienne. Nous portons la croix & la raison, car nous sommes la France. Pendant ce temps, que fait l’État Pontifical depuis toutes ces années au sujet des excommunions massives et injustifiées, contre de bons français qui ont servi et continuent de servir la France ? Si votre État considérait réellement des pourparlers dignes de ce nom, cette problématique aurait été un préalable réglé depuis longtemps. Nous attendons, donc, de voir en application le sérieux de votre parole et ce que signifie pour vous « négociations » au delà du sens cosmétique utilisé dans une annonce.


    Négation explicite de la prérogative ecclésiastique d'administrer la justice en matière spirituelle, et par conséquent du magistère ecclésiastique.
    Négation explicite de la Saincte doctrine et du dogme par l'affirmation de l'illégitimité des Croisés à combattre l'hérésie dans laquelle elle avait précédemment professé foi, avant sa réintégration dans la Communauté des Fidèles.

    Hérésie, et hérésie.

    Dénaturation scandaleuse de la notion spirituelle de Pardon, qui doit être selon la Reine unilatéral et inconditionnel, en parfaite contradiction avec le dogme. Car le pardon unilatéral dont il est question est celui de l'absolution et de la réintégration des excommuniés.

    Hérésie.

    Affirmation que ces choses constituent les caractères d'une civilisation éclairée par la foi aristotélicienne.

    Blasphème, et hérésie car cette foi n'est pas celle instituée par les Prophètes.


Citation :
Ainsi, pendant que l’État Pontifical use avec plus ou moins de bonheur du terme de Concorde, la France, elle, met en application ce concept, œuvre pour elle en permettant à tous les habitants de France de vivre dans la dignité et la liberté de conscience, propres à chaque humain par delà les différences, car Dieu a laissé aux Hommes le libre-arbitre. C'est pourquoi, les Princes de l’État Pontifical plutôt que de réclamer vainement quelque autorité que ce soit dans un Royaume qui ne leur appartient pas, devraient plutôt se concentrer sur la tâche naturelle qui incombe à tous ceux se considérant être des autorités morales et religieuses : prêcher des arguments emplis d'aristotélicisme et d'amour, convaincre nos sujets par l'usage de la raison, convaincre par des actes de Foi, s'occuper enfin de nouveau des âmes plutôt que de prétendre commander les corps par la peur, par de grossiers amalgames, par la haine et l'ignorance. À cet égard, peut être serait-il temps de vous questionner sur le mal que vous pouvez faire au message aristotélicien lorsque vous vous taillez des clientèles politiques par la distribution de principautés au sein de la même caste de cardinaux, pendant que les sans grades se demandent où est la décence et l'humilité des prétendus Hommes d’Église qui s'éloignent par là de beaucoup des exemples innombrables que nous ont laissé les Écritures ?


    Prétention de la Reine à édicter la doctrine en place du clergé, attentant par là au dogme. Ainsi, affirmation que le libre-arbitre implique l'absence d'autorité spirituelle, entre autres.

    Hérésie.


Citation :
Ces comportements choquent profondément de nombreux curés de province, des évêques, tout autant que la communauté française dans son ensemble. La douleur et l'indignation sont profondes. Ce malaise explique en grande partie pourquoi tant de personnes se sont écartées et continuent de se détourner toujours plus nombreuses de votre parole devenue pour beaucoup inaudible, illisible, & pour certains en manifeste contradiction avec le message d'amour que vous êtes censés porter. Vous devriez être capable de vous amender et de réformer « votre maison » en premier lieu, faire ce pourquoi vous êtes censés œuvrer en second lieu, à savoir la prière et la Foi, avant de vouloir enfin essayer de dicter quoi que ce soit dans la maison des autres. C'est pourquoi si leur existence vous dérange tant que ça, c'est à vous de reprendre le chemin du bel et bon travail religieux pour reconquérir l'âme de ceux que vous appelez « hérétiques » ou « non-croyants ». La France elle, aime tous ses enfants, y compris ses fils dans l'erreur, et applique donc une politique en adéquation avec sa vocation.


    Affirmation de parler au nom des personnes qui "se sont écartées et continuent de se détourner toujours plus nombreuses de votre parole", c'est-à-dire ceux qui se sont laissés détourner de la Communauté des Fidèles. Aveu d'hérésie, et de prise de direction de l'hérésie.
    Refus renouvelé de l'autorité spirituelle et du caractère universel et indivisible de l'Eglise apostolique romaine.
    Refus renouvelé de participer à la reconduite des âmes perdus dans le sein de la Communauté des Fidèles.

    Hérésie.


Citation :
Mais nous tenons enfin à dire que nous compatissons sincèrement avec les Princes pontificaux : vivre dans une théocratie en vase clos à Rome, doit être un handicap très pesant pour garder prise sur la réalité du monde qui les entoure. Mais n'ayez crainte, nous nous ferons toujours un plaisir d'éclairer vos esprits du savoir et de la culture Française.


    Usage répété du terme de "Princes pontificaux", faisant référence aux cardinaux et prélats de la Sainte Eglise, pour affirmer que leur pouvoir est temporel et non spirituel. Négation de principe, en général et dans toute la lettre, de l'existence même de l'autorité spirituelle en dehors du pouvoir temporel. Négation, par là même, de la Révélation, et presque de Dieu.
    Prétention, à nouveau, à édicter la doctrine sous l'expression de "éclairer vos esprits".


    A la lumière de ce qui précède, ces formules téméraires deviennent blasphématoires:


Citation :
Angelyque, par la Grâce de Dieu, Reyne de France.


Citation :
Sous la guidance du Très-Haut et de son incommensurable sagesse, soutenu par Aristote et Christos, puisse leur grande clairvoyance en aiguiller d’autres comme elle aiguille chaque jour Notre esprit, inspirée par Saint Bynarr mais aussi Saint Ânani Mhour qui nous soufflent nos mots & guident nos pas,


    Hérésie, hérésie partout où porte la lecture de cette lettre infamante. Les mêmes hérésies que celles professées par feu Eusaias l'Apostat, réputé anti-roy par Bulle papale, incontestable, qui prescrivait de le combattre et de le renverser. Mêmes hérésies qu'Angelyque de la Mirandole avait embrassé sous le règne néfaste d'Eusaias Blanc-Combaz, et qu'elle avait proclamé abjurer lorsqu'elle fut réintégrée dans la Communauté des Fidèles.

    Hérétique et relaps. Son statut canonique est celui d'hétérodoxe.


    C'est aussi simple que cela, pour reprendre le termes de la Reine.



      Ad Majorem Dei Gloriam

      Etabli à Rome, le XXVIII de mai MCDLXIII, sous la direction des commissaires apostoliques Mgrs David, Onaël et Alboin, visé, signé et scellé par iceux.












_________________
Revenir en haut Aller en bas
Talona
Archevêque de Reims
Archevêque de Reims
avatar

Nombre de messages : 1061
Localisation : Epernay
Date d'inscription : 06/09/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Statut: Erudit
Rang au sein de l'Eglise: Archevêque métropolitain
MessageSujet: Re: Annonces générales de l'Eglise Romaine   Sam 31 Déc - 12:04

Citation :




    Avis d'élection à l'Assemblée Épiscopale de France
    Appel à candidatures permanent

    Nous, Arnault d'Azayes, Cardinal romain électeur, Archevêque de Tours, devant le Très-Haut & sous le regard d'Aristote, en notre qualité de premier vice-primat de France,

    Annonçons la liste des sièges épiscopaux et archiépiscopaux vacants In Gratebus au sein de la Primatie de France & l'appel à candidatures permanent pour lesdits sièges.
    Ainsi, les candidats sont priés de nous faire parvenir curriculum vitæ et lettre de motivation par courrier privé. Nous rappelons que les candidatures doivent respecter les statuts de l'Assemblée épiscopale de France.


    Les diocèses suffragants ouverts à candidature suite à l'absence de tout clerc à leur tête sont :

    • Langres
    • Beauvais
    • Orléans
    • Cahors
    • Lisieux


    Les diocèses suffragants ouverts à candidature et possédant à leur tête un clerc n'ayant pas dignité épiscopale sont :

    • Angers
    • Nevers
    • Clermont
    • Rodez


      Rappel des conditions pour candidater à la charge d'archevêque & évêque suffragants :
      Article 5.1.2 Seul un clerc théologien ayant exercé pendant au moins trois mois une charge lui conférant le pouvoir de célébrer et d’octroyer divers sacrements aristotéliciens peut postuler à la charge d'évêque ou d’archevêque suffragant. En outre, tout candidat doit être titulaire d’une licence es théologie obtenue dans un séminaire primaire reconnu par la Préfecture à l'Enseignement Aristotélicien.

      Précisons toutefois que, dans les diocèses ne possédant aucun clerc à leur tête :
      * En vertu de la décision de l'AEF du 7 janvier 1464, les prêtres théologiens ne possédant pas encore leur licence peuvent faire candidature à la fonction de vicaire diocésain nommé IG ;
      * En vertu de l'indult pontifical du 17 avril 1464, les théologiens baptisés mais non-ordonnés peuvent postuler à la fonction d'intendant commendataire (IG).


    Ad Majorem Dei Gloriam

    Donné à Tours, le XIVe jour du XIIème mois de l'an de grâce MCDLXIV, le samedi, la veille de la saint Noël.


    [HRP : Envoyez votre candidature à Arnault d'Azayes sur le forum de Rome]
---------------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Annonces générales de l'Eglise Romaine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Annonces générales de l'Eglise Romaine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Groënland. Eglise Viking.
» Énigme 178 - l'Eglise Notre Dame d'Écouché
» Découverte d'une voie romaine (50).
» Le 505th PIR de la 82nd Division prend Sainte-Mère-Eglise.
» mais qui était le parachutiste de Sainte-Mère-Eglise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archevêché de Reims :: Espace Inter-diocèses :: Accueil des visiteurs-
Sauter vers: